76



Bernard CORNILLE

«  C’est avec plaisir que j’ai reçu ta lettre circulaire que j’ai lue et relue, en me demandant quelle contribution je pourrais t’apporter.

Dans la Jaune et la Rouge n°557 de septembre-octobre 2000, tu avais peut-être lu que le cocon Cornille avait publié un recueil de poèmes intitulé « Le Soleil derrière la Porte » dont la recension très succincte était :  «les poèmes de ce livre ont pour objet d’éclairer les marcheurs confrontés aux embûches de la vie ». La diffusion en a été restreinte, pour ne pas dire confidentielle, car, de nos jours, la poésie classique et, de plus, en grande partie d’inspiration religieuse, a peu de chances de séduire. C’est pourquoi je te l’envoie pour le cas où tu y trouverais quelque chose pour ta rubrique « philo ». Mon éditeur a un site internet qui s’appelle « Publiez sur Internet » ; mon livre peut y être consulté :

cornille@publiezsurinternet.com

ou www.publiezsurinternet.com/pages/auteurs/cornille.html.

Par contre, dans le cadre explicite de ta demande, j’ai retrouvé l’épreuve du sonnet pour le rallye du 8 mai 1986. Les contraintes imposées (sonnet avec des rimes en x et 3 pour les deux quatrains) ne facilitaient pas l’écriture, mais je t’en fais quand même une photocopie en souvenir…. »

RALLYE DE PROMOTION 1953

(épreuve du sonnet)


Un jour évidemment on est sorti de l’X

Et ce fut le service et le départ à Troyes

Les camps de Mourmelon, de Suippes et d’Obelix

Où l’on oublie les maths et la règle de trois.


Après c’est l’Amérique, la vie et tous ses risques,

Et le premier boulot à l’horizon étroit.

Pour en sortir il faut la potion d’Astérix

Et, entre deux rochers, choisir le bon détroit.


Et vint le mariage, les enfants, la maison,

Les succès, les échecs, en un mot l’âge mûr

Où la sérénité succède à l’ambition.


La cinquantaine arrive ! C’est parfois un peu dur.

Mais les cocons sont là et l’amitié toujours.

Suite : une (petite) sélection – par l’éditeur -de textes et photos issus du recueil « Le Soleil derrière la Porte »


TOLÉRANCE


Ami qui sais ne juge pas

Pense à celui qui ne sait pas.

Un ignorant peut t’apporter

Si tu te mets à sa portée.


La clef pour être un bon apôtre

Est d’entrer dans la peau de l’autre,

Pour regarder ce que ses yeux

Voient dans la vie de merveilleux.


Écoute bien le chemineau,

Il sait raconter les oiseaux,

Chanter la lune et les ruisseaux.


Fais parler la prostituée,

Le prisonnier et le drogue,

Pour comprendre la Liberté.



CHANCE


Ami chanceux réjouis toi

Et fais en profiter autrui,

Dès que tu peux, dès aujourd’hui :

C’est en partageant qu’on reçoit.


Si tu veux que ta chance dure,

Demande toi à quoi elle sert.

Ne t’enferme pas au désert,

Commence à bâtir le futur.


Sème si tu veux récolter,

Pour être aimé il faut aimer.

La chance est opportunité


De réaliser des projets ;

Elle devient calamité,

Si elle est source de rejet.


Plaquette page précédente        Plaquette page suivante

Retour à l'itinéraire de Bernard Cornille       Retour à Itinéraires